Nous combinons la nature et la science pour prendre soin de vous

7 mai, 2024

Rita Cava, biologiste et docteure en nutrition

Spécialiste de la planification des régimes alimentaires avec plus de vingt ans d'expérience en recherche et en enseignement.

Rita Cava Roda est biologiste et docteure en nutrition et technologie des aliments, avec plus de 20 ans d'expérience en recherche et en enseignement. Elle a été professeure à l'Université Simón Bolívar au Venezuela dans le domaine de la microbiologie des aliments, ainsi qu'à l'Université de Murcia dans le programme de nutrition et le master universitaire "Nutrition, Technologie et Sécurité Alimentaire". Son curriculum comprend également de nombreuses publications dans des revues scientifiques et des présentations lors de congrès de renommée nationale et internationale.

Elle est également diététicienne-nutritionniste et exerce actuellement en consultation privée de nutrition et diététique à la clinique Kiré (Murcie), sa spécialité étant la planification diététique pour l'obésité, la nutrition métabolique, la microbiote intestinale et les troubles digestifs.

  • Licenciée en biologie.
  • Master en sciences alimentaires.
  • Docteure en nutrition, bromatologie et technologie des aliments.
  • Diplômée en nutrition humaine et diététique.

Dre Rita Cava Roda

Nous avons discuté avec la Dre Rita Cava de sa carrière et de ses recommandations en tant que spécialiste dans un domaine aussi important pour la santé que la nutrition.

  1. Qu'est-ce qui vous a poussée à obtenir une licence en biologie, puis à vous doctorer en nutrition et technologie des aliments ?

J'ai toujours été intéressée par le fonctionnement des processus biochimiques de notre corps. J'ai d'ailleurs obtenu une licence avec une spécialisation en biochimie. Étudier la biologie m'a permis d'acquérir des connaissances sur l'importance des "sciences fondamentales" pour comprendre les différentes voies métaboliques de notre organisme et comment elles affectent le fonctionnement de nos organes.

Une fois que j'ai acquis ces connaissances théoriques en biologie et en biochimie, j'ai voulu les appliquer dans un contexte pratique. J'ai donc suivi un master en "Science de l'Alimentation" à l'Université Centrale du Venezuela, puis j'ai réalisé un doctorat en "Nutrition, Bromatologie et Technologie des Aliments" à l'Université de Murcia. Ces études m'ont permis de lier les connaissances théoriques du métabolisme avec l'impact réel que la nutrition a sur celui-ci.

  1. Vous êtes également docteure en bromatologie. En quoi consiste cette science et comment l'appliquez-vous au quotidien ?

La science de la bromatologie m'a permis d'approfondir mes connaissances sur la composition nutritionnelle et microbiologique des aliments, ainsi que sur leurs propriétés fonctionnelles et technologiques. Ce savoir sur les aliments et leurs propriétés m'a aidée à les associer aux bienfaits ou aux préjudices qu'ils peuvent avoir sur l'être humain. Grâce à la technologie alimentaire, je peux sélectionner les traitements et les méthodes de conservation les plus adaptés pour préserver les propriétés nutritionnelles et organoleptiques (goût, odeur, etc.) des aliments, tout en garantissant leur innocuité.

  1. Dans votre travail de recherche, quelle est votre contribution la plus significative ou celle qui vous a procuré le plus de satisfaction ?

Je suis globalement satisfaite des réalisations de ma carrière dans le domaine de la recherche, en particulier des résultats obtenus lors de mon doctorat et de mon post-doctorat. Plus spécifiquement, les études que j'ai menées sur la cannelle, le clou de girofle et la vanille m'ont permis de démontrer que ces épices, largement utilisées comme ingrédients alimentaires, ont des effets bénéfiques pour la santé. Dans l'article publié dans la revue Foods, 2021, un travail de recherche est décrit, démontrant les effets antimicrobiens et antioxydants de ces épices naturelles, en mettant particulièrement en évidence la synergie de leurs combinaisons en renforçant leur capacité antimicrobienne. Les propriétés de ces épices peuvent avoir une utilité pratique, par exemple dans les processus de pasteurisation de l'industrie laitière, où des ingrédients naturels comme la cannelle et la vanille peuvent réduire les températures utilisées pendant le processus, garantissant ainsi la qualité microbiologique et maintenant l'intégrité des protéines lactées en meilleur état.

  1. Pouvez-vous nous parler d'une recherche ou d'un projet sur lequel vous travaillez actuellement et que vous considérez comme étant important ?

Je travaille actuellement sur un projet lié à la microbiote intestinale, à la clinique Kiré où je travaille actuellement. En général, ce projet vise à utiliser des kits pour analyser la microbiote intestinale des patients, ce qui nous permet de caractériser individuellement les populations microbiennes qu'ils possèdent et de les relier indirectement à différents types de maladies. Cela permet d'établir un diagnostic beaucoup plus précis et de proposer des traitements personnalisés basés sur des probiotiques et des prébiotiques, ainsi que des orientations nutritionnelles et de mode de vie qui équilibrent la microbiote intestinale et améliorent donc la santé.

  1. Comment avez-vous vécu votre expérience professionnelle en conciliant la recherche, la consultation et l'enseignement tout au long de votre carrière ? 

Cela a été fantastique car chaque étape a soutenu la suivante. La recherche m'a donné des outils pour identifier un problème, établir des hypothèses et définir des objectifs, puis générer des résultats avec des données confirmées et pertinentes. La partie enseignement m'a appris à communiquer de manière assertive avec les personnes, à comprendre leurs motivations afin de pouvoir les guider et les encourager à atteindre leurs propres objectifs. La combinaison de ces deux facettes me permet de mener des consultations, c'est-à-dire d'établir un lien de communication et d'empathie pour expliquer ces données scientifiques en termes simples et motivants, qui transmettent de l'espoir et que le patient sente qu'il existe une solution pratique à son problème quotidien.

  1. Parlez-nous de votre expérience auprès des patients en consultation de nutrition et de planification nutritionnelle. Quelles sont les principales préoccupations qu'ils présentent et qu'est-ce qui les amène à consulter un diététicien-nutritionniste ?

La principale préoccupation exprimée par mes patients concerne les conséquences de leur surpoids sur leur santé. Les médecins les orientent vers un nutritionniste car ils souffrent de maladies chroniques telles que l'hypertension, le diabète, qui sont aggravées par le surpoids. Ces maladies chroniques non transmissibles sont la principale menace pour la société.

D'autres préoccupations qui amènent les gens à consulter incluent la stagnation du poids qui se produit généralement à la ménopause, les problèmes digestifs, les troubles intestinaux (surtout chez les jeunes) et enfin les personnes qui souhaitent améliorer leur composition corporelle.

  1. Quelle est votre approche lors de la conception d'un plan alimentaire pour un patient ?

Pour proposer une approche, la première étape consiste à réaliser une évaluation globale du patient (anamnèse), en analysant toutes les maladies et les problèmes personnels, les habitudes alimentaires et de mode de vie du patient, puis à fixer les objectifs à atteindre, qui peuvent ou non correspondre à ceux du patient.

Par exemple, si une personne souffre de diabète et n'est pas en surpoids, le plan nutritionnel vise à améliorer les indicateurs de glucose dans le sang. Si, en revanche, le patient est en surpoids, l'approche consisterait à élaborer un plan nutritionnel visant à réduire le poids et à contrôler le sucre. Il est important de connaître les habitudes quotidiennes, les préférences et les habitudes alimentaires du patient afin d'élaborer un plan individualisé qu'il sera capable de suivre et qui le motivera, en plus de mettre en place une éducation nutritionnelle.

  1. En plus d'une alimentation saine et d'un mode de vie actif, recommandez-vous généralement de compléter l'alimentation avec des suppléments alimentaires ? Dans quelles situations ?

Je suis une grande adepte des suppléments. Ils sont complémentaires à tout régime alimentaire, car ils fournissent des éléments nécessaires au maintien de la santé et qui ne sont pas introduits dans l'alimentation en raison des préférences ou des habitudes de la personne. Par exemple : certains patients n'aiment pas le poisson, il faut donc utiliser d'autres sources de protéines, mais il est alors nécessaire de compléter le régime avec des acides gras oméga-3. Un autre exemple concerne les personnes chez qui la sensation de satiété n'est pas complète, elles peuvent également se tourner vers des compléments qui procurent cette sensation. Cependant, il est important de savoir que les compléments alimentaires ne remplacent pas un régime alimentaire, mais le complètent.

  1. Quels sont les principaux ingrédients actifs que vous recommandez le plus souvent ?

Les ingrédients actifs que je recommande le plus souvent sont les acides gras oméga-3, le magnésium, les vitamines C et D, les flavonoïdes et la quercétine, ces derniers étant des ingrédients actifs d'origine végétale.

  1. On parle beaucoup ces dernières années de la microbiote. Quel rôle joue la microbiote intestinale dans la santé digestive et l'obésité ?

La microbiote intestinale joue un rôle prépondérant et fondamental dans la santé digestive. Actuellement, les preuves scientifiques ne laissent aucun doute que la santé digestive dépend de l'état de la microbiote et que tout déséquilibre (disbiose) est à l'origine de diverses pathologies telles que les maladies inflammatoires intestinales, l'obésité, les maladies d'origine immunologique et même les maladies mentales. En effet, dans le projet sur la microbiote que je mène actuellement, des patients sont référés par le dermatologue pour diverses affections cutanées (psoriasis, rosacée), et une évaluation préalable avec le kit et d'autres analyses cliniques permet de déterminer que l'altération de la microbiote est à l'origine de ces déséquilibres.

Avec un plan nutritionnel, en association avec le traitement médical, il a été possible de résoudre ces affections dermatologiques, qui ont souvent une composante immunologique. Dans ces cas, l'utilisation de probiotiques et de prébiotiques donne de bons résultats en complément du régime personnalisé.

  1. Pensez-vous que la population en général a une bonne relation avec la nourriture ? Qu'est-ce qui doit être amélioré ?

La relation avec la nourriture a un contexte social prédominant, tant au niveau familial que dans le cercle social. La pression exercée à ce niveau est si forte qu'il est très difficile pour les personnes de suivre un régime équilibré, et cela s'ajoute à l'effet de la publicité. C'est pourquoi il est important d'acquérir une bonne éducation nutritionnelle (il n'est pas nécessaire d'être un expert) qui nous permette de choisir et de combiner différents aliments en fonction de leur teneur en protéines, en matières grasses et en glucides, afin de maintenir la pression sociale sous contrôle. Cela doit particulièrement être une priorité chez les enfants, qui sont actuellement la population la plus vulnérable et qui peuvent être confrontés à de plus grands problèmes de santé liés à l'alimentation. L'éducation à partir du foyer, malgré notre vie trépidante, est l'une des tâches fondamentales pour maintenir une bonne santé tout au long de la vie.

  1. Comment envisagez-vous l'avenir de l'alimentation et de la nutrition dans le contexte actuel des changements climatiques et sociaux ?

Nous devons revenir à l'essentiel, c'est-à-dire essayer d'acheter des aliments aussi peu transformés que possible, de préférence biologiques, et éviter la restauration rapide, les aliments junk ou réchauffés. Une alimentation plus saine devrait être principalement basée sur les plantes, qui constituent une source très importante de protéines, ainsi qu'une quantité considérable de fibres, d'antioxydants et d'autres éléments bénéfiques. Nous savons que le climat, la pression sociale et la commercialisation affectent à la fois les habitudes alimentaires et les propriétés fonctionnelles des aliments, mais chaque fois que c'est possible, nous devons suivre un plan alimentaire qui apporte un bien-être global, et pour cela, les individus, les communautés et les gouvernements locaux doivent prendre des mesures concrètes afin de favoriser des générations en bonne santé et productives.

Vous pouvez suivre Rita Cava sur les réseaux sociaux :

Articles Similaires

Microbiote, savez-vous ce que c'est et où il se trouve dans notre corps?

Microbiote, savez-vous ce que c'est et où il se trouve dans notre corps?

Saviez-vous qu'au-delà du microbiote intestinal, il existe de multiples microbiotes humains? Comme le microbiote oral ou le microbiote vaginal, entre autres, ils sont tous vitaux pour notre santé.

En savoir plus

Chitosane et glucomannane : comment ces alliés agissent-ils dans les régimes de perte de poids ?

Chitosane et glucomannane : comment ces alliés agissent-ils dans les régimes de perte de poids ?

Les compléments alimentaires contenant du chitosane et du glucomannane ont des propriétés bénéfiques pour le contrôle du poids et le bien-être général. Nous analysons comment ils agissent avec une nutritionniste et une spécialiste en technologie alimentaire.

En savoir plus

Recette Détox aux huiles essentielles de basilic et de citron

Recette Détox aux huiles essentielles de basilic et de citron

Profitez des bienfaits détoxifiants de ces huiles essentielles pour assaisonner une délicieuse salade de roquette, de fraises et de fromage feta. Savourez!

En savoir plus



DÉCOUVREZ LE CATALOGUE DE PRODUITS MARNYS